EstMédia-CGT

Philippe Carli, l’équilibriste…

8 septembre 2019

Partagez :
Partager sur Facebook
Partager sur Twitter

LER. – Le mois de juin a été marqué par une amélioration des chiffres pour la publicité avec 4,59 % de mieux. Dans le même temps, les comptes de la diffusion affichent une baisse de 1,06%. 

En juillet, les chiffres d’affaires sont restés plutôt stables par rapport à l’an dernier. Ce qui permet au résultat d’exploitation à fin juillet d’être un peu meilleur qu’en 2018 même s’il reste encore négatif malgré une baisse sensible des frais de personnels. 

VOM. Là aussi, la publicité s’est améliorée sur juin/juillet comparé à l’an passé. En revanche, le chiffre d’affaires de la diffusion continue de baisser notamment sur le mois de juillet. A fin juillet, le résultat d’exploitation reste en léger retrait par rapport à 2018. Reste qu’il manque peu de choses pour que l’on soit à l’équilibre.

Web. – Les chiffres de ventes au niveau des abonnements web viennent très modestement atténuer la baisse de diffusion papier.

Dans le même temps, les chiffres de publicité poursuivent leur progression : 53 % pour VOM et 34 % pour l’ER. Les visites des deux sites augmentent régulièrement depuis le début de l’année (33% pour l’ER ; 65% pour VOM).

Effectifs. – Entre les départs et les entrées, le solde des effectifs à fin juillet affiche une baisse de 19 salariés pour l’ER (+ 14 entrées/- 33 départs) ; zéro pour VOM avec deux départs compensés par deux entrées.
A noter que les effectifs rajeunissent un peu notamment à la rédaction avec des embauches de jeunes journalistes dont on ne peut que se réjouir puisque les élus de l’EstMedia CGT œuvrent dans ce sens en permanence.

Rédaction

Il suffisait d’un presque rien… – Avec le départ d’un SR à Vosges Matin, une organisation devait être mise en place pour la période estivale afin de pallier ce poste en moins. En ce début septembre, le bilan de cette « désorganisation estivale » semble échapper à Christophe Mahieu. « Nous avons voulu répartir les pages de Remiremont de façon équitable entre les SR. C’est d’ailleurs déjà le cas dans cette agence, tout au long de l’année, les dimanches, où il n’y a plus de SR. Cela permet aux journalistes de couvrir la zone qui s’étend jusqu’à Gérardmer », précise le directeur général. Les élus de l’EstMedia n’ont pas manqué de mettre en avant plusieurs incohérences, qui avec un peu de concertation avec le personnel en poste, auraient pu être évitées. Cela ne s’appellerait pas de l’organisation ? 

Analyse de l’expert du CE sur les comptes 2018

A l’ordre du jour du Comité d’entreprise figurait l’information et la consultation des élus sur la situation économique et financière des entreprises de l’UES par le cabinet Diagoris. Dans son analyse, l’expert a tout d’abord rappelé le contexte général de la presse qui est confrontée à la chute structurelle de la demande, avec un lectorat qui se reporte vers les sites gratuits d’information sur internet. De plus, la baisse des points de ventes pénalise la vente des journaux. L’année 2018 est donc marquée par de nouveaux résultats dégradés pour nos journaux. Des problématiques locales viennent s’ajouter à cet environnement plutôt terne, avec le vieillissement du lectorat historique. Le rapport expose notamment les sous-investissements chroniques depuis des années, qui sont venus amplifier les difficultés alors que l’actionnaire majoritaire possède des moyens financiers. 

Le Crédit Mutuel n’étant pas un véritable patron de presse, il a une vue purement comptable et économique. Quid des possibilités données aux journaux pour assurer le redressement des comptes ? « Vous n’avez pas pris la vague », insiste l’expert. Aujourd’hui des investissements tardifs mais indispensables notamment dans le numérique ne profitent pas suffisamment à nos journaux. 

Les chiffres restent marginaux par rapport au support papier. Pour l’expert, les axes stratégiques actuels, décidés il y a peu par le groupe Crédit Mutuel, qui a pourtant des moyens solides et qui a lancé un plan d’envergure pour le retour à l’équilibre des comptes passent par : 

  • une refonte de l’offre et le développement de l’activité ;
  • une politique d’économie sur les charges ;
  • une réorganisation des rédactions avec la constitution d’un pôle digital dédié pour l’ensemble des titres ;
  • une diversification des produits.

Ses axes de transformation impliqueraient un changement en profondeur de culture du journal. De ce fait, des interrogations demeurent sur :

  • les conséquences sur les conditions de travail ;
  • l’attractivité du journal pour les nouveaux ou futur talents ;
  • le délai court, fixé par le groupe pour retrouver l’équilibre ;
  • le sort du print avec l’accent sur le digital.

La presse a un avenir mais il faut avoir des stratégies concrètes. A l’heure du Big Data et de la concurrence des GAFA (Google-Apple-Facebook-Amazon) qui dominent le web, les atouts sont pourtant importants avec notre ancrage local et nos données clients quasiment « inexploitées » et non valorisées, ni économiquement pour le business, ni financièrement dans notre fonds de commerce.

« Si on ne pense qu’à redresser l’équilibre des comptes, on ne prend pas toujours le temps d’avoir une vraie vision à long terme. » conclut l’expert.

——

Pour les élus de l’EstMédia CGT, la stratégie engagée par l’actionnaire par l’intermédiaire de son représentant Philippe Carli, ne va pas dans le bon sens. La vision actuelle est basée sur une contraction des effectifs tous azimuts et la casse des statuts pour faire uniquement des économies de charges. Alors que la presse est un vecteur important de la démocratie et que toutes les équipes travaillent collectivement dans un contexte particulier, la stratégie actuelle ne repose pas sur un véritable développement à long terme. Pourtant, la BFCM en a les moyens. Elle impose des délais extrêmement courts pour retrouver les équilibres financiers, puisque le terme est fixé à fin 2020. 

Le plan proposé démembre les entreprises, alors que les moyens de la BFCM devraient au contraire lui permettre d’accompagner les transformations actuelles qui lui seraient bénéfiques demain. Car n’oublions pas que la presse constitue par son professionnalisme et sa proximité, une source perpétuelle de données et a une capacité à livrer les clients dans des délais courts. Ce que recherchent actuellement tous les acteurs du numérique.

Investissement industriel

Comme les salariés ont pu le constater, les travaux pour accueillir le nouvel outil d’impression ont commencé. Pour les élus de L’EstMédia CGT, celui-ci doit permettre d’amorcer une réflexion sur la refonte de nos différentes offres pour permettre de nouveaux développements et revenus sur le papier. Souhaitons que tous les salariés qui le désirent puissent apporter «leur pierre» à l’édifice. Aux yeux des élus de l’EstMedia, concertation et réflexion sont primordiales pour éviter ce sentiment d’abandon ressenti, dans toutes les catégories, tous services confondus. Dans ce sens, l’EstMedia CGT mettra tout en œuvre pour conserver chaque salarié dans son titre respectif. Les élus le rappellent d’ailleurs inlassablement à la direction.

Dernière minute

Les élus sont intervenus auprès de Christophe Mahieu concernant une annonce qui a été faite aux salariés du CRC (Centre relations clients) sur l’externalisation des appels des clients de Vosges Matin. Ce délit d’entrave caractérisé a fait bondir les représentants de l’EstMedia CGT, qui une fois de plus, n’ont pas été concertés sur ce projet. Le mea-culpa chuchoté par Christophe Mahieu n’a pas suffi à calmer les esprits des élus qui ne manqueront pas de creuser le sujet.